Epargne salariale : quel placement choisir ?

Notre Blog

Épargne salariale : quel placement choisir ?

Vous avez mis à disposition de vos salariés des dispositifs d’épargne salariale ? C’est déjà une bonne première étape ! Il convient désormais de les convaincre de s’en servir ! Apporter une culture financière dans l’entreprise n’est pas facile. Avec cet article vous devriez être en mesure d’expliquer avec plus de clarté la manière dont chacun peut effectuer des placements au sein des plans d’épargne salariale !

Epargne salariale : la notion d’enveloppe fiscale

Epargne salariale : la notion d’enveloppe fiscale

La confusion entre placement financier et enveloppe fiscale est très courante. Pas la peine de vous en vouloir ! C’est pourquoi nous allons faire une petite mise au point.

L’épargne salariale permet aux salariés et aux dirigeants d’accéder à deux enveloppes fiscales :

  • Le PEE (Plan Épargne Entreprise) ou le PEI (Plan Épargne Interentreprises) ;
  • Le PERCO (Plan Épargne Retraite Collectif) ou PERCOI (Plan Épargne Retraite Collectif Interentreprise).

Ces deux enveloppes fiscales ne sont pas des placements financiers à proprement parler. Ce sont des véhicules permettant d’effectuer des placements financiers en y logeant des actifs financiers (plus précisément des parts ou actions de fonds d’investissement).

Schéma enveloppe fiscale

En effet, l’accès aux marchés boursiers n’est pas autorisé aux particuliers. Vous êtes donc obligé de passer par un intermédiaire financier détenteur d’une licence (un courtier, une banque, un assureur…). Ces derniers vont vous proposer des enveloppes fiscales pour effectuer vos placements : assurance vie, PEA, compte titre... Pour le PEE et le PERCO, c’est la même chose sauf que vous passerez par des fonds d’investissement qui ont l’habilitation pour faire de la gestion d’actifs. Nous reviendrons plus tard sur ce point...

Alors pourquoi le terme enveloppe fiscale pour parler des plans d’épargnes salariales ?

La notion d’enveloppe renvoie l’idée d’un portefeuille (comme pour un portefeuille d’actions) pouvant contenir du « papier » tel que des titres financiers. L’adjonction du terme “fiscal” exprime le fait que la fiscalité applicable déroge aux règles classiques. Par exemple, les produits (ou intérêts si vous préférez) d’un PEE sont exonérés d’impôt sur le revenu au lieu d’être imposés classiquement à la flat-tax (30%).

Ainsi, une enveloppe fiscale est une sorte de niche fiscale pour réaliser des placements financiers !

Maintenant que vous êtes en mesure d’effectuer cette distinction fondamentale, une nouvelle question survient : quel placement choisir pour son épargne salariale ? Et comment les choisir ?

Quels sont les placements financiers possibles dans un plan d’épargne salariale ?

Quels sont les placements financiers possibles dans un plan d’épargne salariale ?

Contrairement aux PEA (Plan épargne actions), le PEE et le PERCO proposent d’investir dans une large diversité de fonds d’investissement (plus de 38 chez Epsor !). Sur ce point, il est d’ailleurs conseillé d’opter pour des dispositifs d’épargne salariale proposant une large diversité de fonds pour permettre à chaque salarié d’avoir une stratégie d’épargne adaptée à sa situation. Mais d’abord, intéressons-nous à la notion de fonds d’investissement.

Qu’est-ce qu’un fonds d’investissement ?

Un fonds d’investissement a pour but de gérer des actifs financiers (actions d’entreprises, obligations etc.) afin de faire croître son capital. Les épargnants mettent en commun leur épargne au sein du fonds qui va assurer l’achat de différents actifs financiers pour ensuite redistribuer les profits (en prenant au passage une commission pour les frais de gestion).

C’est comme si vous chargiez Pierre, votre voisin, de gérer pour vous votre épargne. Pierre, en financier averti, va effectuer différents placements puis vous redistribuer tous les ans les profits réalisés. Il va quand même se garder un petit quelque chose pour le travail qu’il a effectué pour vous !

 

Les grandes catégories de fonds d’investissement

Ainsi, il existe deux catégories de fonds d’investissement :

  • Les fonds de gestion actifs : il s’agit des OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) comprenant les FCP (Fonds commun de placement) et les SICAV (société d’investissement à capital variable classique) ;
  • Les fonds de gestion passifs : il s’agit des ETF (ou trackers). Contrairement aux OPCVM, les ETF sont des fonds indiciels répliquant sous la forme d’un indice une sélection d’actifs financiers.

Vous ne comprenez pas les ETF ? C’est normal dit comme ça. En fait, c’est plutôt simple : au lieu de dire à Pierre de gérer votre épargne en achetant et vendant des titres financiers, vous lui demandez simplement de vous fournir une liste d’actifs financiers dans lesquels il aura seulement la charge d’investir (pas le droit de revendre ni d’acheter des titres qui ne sont pas dans la liste). 

Pierre se contente de vous envoyer des papiers pour vous dire que tout va bien. Or, Pierre est honnête, il vous prendra donc qu’une très petite commission sur vos gains (bien inférieure à celle prise pour la gestion dynamique de votre épargne). D’un autre côté, si certains actifs de la liste sentent le roussi, Pierre ne bougera pas d’un iota : ce n’est pas son affaire. Il faut donc s’assurer que la liste de Pierre soit assez bien diversifiée pour compenser les éventuelles pertes de certains actifs avec les gains des autres.

Pour les OPCVM, la stratégie est différente : Pierre est sur le qui-vive. Son but ? Surperformer son indice de référence ! Pierre va donc effectuer de nombreux arbitrages au quotidien au fil des différentes analyses financières pour essayer de réaliser un maximum de gains. Cette agitation quotidienne coûte de l’argent : Pierre doit payer ses analystes, ses traders, ses ingénieurs, etc… Forcement, Pierre va vous prendre une commission importante sur les gains. Après tout, c’est quand même grâce lui que vous avez gagné tout cet argent !

Alors faut-il opter pour un ETF ou un OPCVM ? Certains économistes (Eugène Fama si ça vous intéresse) estiment que cette agitation quotidienne est inutile, car les marchés sont efficients de sorte que les plus-values réalisées résulteraient en grande partie du hasard. En effet, seuls 20% des OPCVM proposent des rendements nets (commission retranchée) supérieurs à leurs indices de référence (ETF). D’un autre côté, certains OPCVM surperforment régulièrement leur indice prouvant empiriquement que ce n’est pas qu’une simple question de hasard ! Le débat reste ouvert…

Ceci étant, les OPCVM étant le support traditionnel de l’épargne salariale, il convient de se pencher sur ces fonds pour vous constituer un portefeuille financier qui vous correspond !

OPCVM épargne salariale

Quels sont les différents types d’OPCVM pour l’épargne salariale ?

 

Chaque OPCVM va vous proposer une stratégie d’investissement spécifique qui va correspondre à votre aversion au risque, votre horizon d’investissement et vos principes moraux/sensibilité politique. En d’autres termes, les OPCVM vont se spécialiser dans certains types d’actifs financiers. Il est ainsi possible d’en distinguer plusieurs types en fonction de la composition de leur actif : 

  • les fonds actions françaises ;
  • les fonds actions zone euro ;
  • les fonds actions communauté européenne ;
  • les fonds actions internationales ;
  • les fonds obligations euros ;
  • les fonds obligations internationales ;
  • les fonds monétaires à court terme ;
  • les fonds diversifiés ;
  • les fonds à formule et fonds garantis ;
  • les fonds ISR (investissement socialement responsable).
Profil d’investissement : comment choisir son placement d’épargne salariale ?

Profil d’investissement : comment choisir son placement d’épargne salariale ?

Vous êtes certainement au courant : chaque actif financier ne présente pas les mêmes risques financiers. Plus un actif est risqué, plus il devrait être en mesure de proposer des rendements importants (prime de risque) pour inciter les épargnants à investir.

Ainsi, les actions sont en principe, les actifs financiers les plus risqués. Bien sûr, certaines le sont plus que d’autres. Mais, globalement, un fonds d’investissement essentiellement composé d’actions vous proposera des rendements élevés avec une prise de risque à court terme élevé (du fait notamment de la volatilité du marché boursier).

Pour plus de sécurité pour votre épargne salariale, vous pouvez opter pour des fonds spécialisés dans les obligations et les placements monétaires (dette à court terme des entreprises). Il convient donc de définir votre profil d’investisseur pour déterminer l’exposition au risque qui vous convient !

Assurer une diversification cohérente de vos placements

L’étape suivante en termes de placement financier est d’investir dans plusieurs fonds d’investissement pour assurer une diversification cohérente. 

Par exemple, tout miser sur un fonds actions françaises est particulièrement risqué. On dit que ce placement manque de diversification : la plupart des résultats financiers des entreprises françaises sont corrélés, en cause notamment leur proximité géographique et leur exposition similaire aux décisions politiques. Ainsi, si le marché français s’écroule, toute votre épargne en pâtirait alors qu’en diversifiant à l’étranger, seule une petite partie serait affectée.

Il apparaît donc primordial de diversifier vos placements en y ajoutant d’autres fonds pour limiter le risque. Vous pouvez ainsi mixer votre fonds actions françaises avec un fonds obligation et un fonds actions étrangères. Vous avez dès lors une meilleure diversification et un portefeuille moins risqué : les obligations sont des actifs relativement sûrs assurant des rendements stables sur le long terme !

La durée de vos placements financiers

Autre risque inhérent aux placements financiers : la volatilité. Lorsque vous investissez dans des actions, leur cours va varier à la hausse et à la baisse sur des intervalles de temps courts.

Pour corriger les effets de la volatilité, rien de mieux que le temps. En effet, plus votre investissement s’inscrit dans un temps long moins votre exposition au risque de volatilité est important. Dans ce cas de figure, vous pouvez bénéficier de la forte rentabilité des actions tout en supprimant les risques de la volatilité. Dès lors, vous pouvez prévoir une prépondérance de fonds actions dans votre PEE et/ou PERCO.

Les frais facturés par les fonds d’investissement

Les frais facturés par les fonds de gestion doivent attirer votre attention. En effet, certain fonds sont plus voraces que d’autres entachant directement la rentabilité de vos placements ! 

On distingue plusieurs types de frais :

  • les frais sur versements : ces frais sont calculés au moment où vous investissez dans un fonds à partir de votre PEE ou PERCO ;
  • les frais de gestion courante : c’est ce que vous facture Pierre pour la gestion de votre argent ;

Globalement, les fonds monétaires proposent les frais annuels les plus faibles (0,1% en moyenne en 2017). Quant au fonds actions françaises, ils proposent en moyenne les frais les plus élevés (1,9% en 2017). 

Notre grille de frais pour nos 10 fonds actuels (bientôt 34 fonds) :

Notre gamme de fonds

Gestion pilotée ou gestion libre pour choisir vos placements d’épargne salariale ? 

Définir soi même son profil d’épargnant et les placements correspondants n’est pas facile, surtout si on ne comprend rien à la finance. Pour répondre à cette problématique, vous pouvez opter pour la gestion pilotée.

Gestion pilotée ou gestion libre pour choisir vos placements d’épargne salariale ? 

La gestion pilotée, kesako ?

La gestion pilotée consiste à déterminer votre profil d’investisseur pour vous classer dans l’une de ces catégories : 

  • profil prudent (portefeuille composé de fonds monétaire et obligations) ;
  • profil équilibré (portefeuille équilibré) ;
  • profil dynamique (portefeuille composé majoritairement d’actions) ;
  • profil ISR (portefeuille composé de placements socialement responsables)

Votre profil est déterminé à partir de vos réponses à certaines questions : durée de l'investissement, projets d’épargne, capacité financière à subir des pertes, psychologie face aux risques, etc...  

Ensuite, un conseiller ou un robo advisor va vous proposer l’allocation d’actifs qui vous correspond le mieux. Par exemple, plus votre horizon d’investissement sera long, plus ce dernier pourra vous orienter vers un profil dynamique, voire agressif, pour maximiser vos rendements tout en limitant votre prise de risque.

À mesure que vos placements se rapprochent de votre horizon, la gestion pilotée implique une diminution progressive de votre exposition aux actions afin de sécuriser votre placement jusqu’au retrait des fonds de votre PEE ou de votre PERCO.