5 bonnes raisons d'ouvrir un Plan d'Epargne Retraite (PER)

Notre Blog

5 bonnes raisons d'ouvrir un PER

Refondue par la Loi Pacte, l’épargne retraite va connaître de nombreux bouleversements à partir du 1er octobre 2019. Mais pas de panique ! Les changements opérés vont en faveur de la simplification et d’une fiscalité plus avantageuse pour les épargnants.

Une excellente nouvelle dans l’optique de préparer sa retraite avec sérénité. Epsor décrypte ces nouveautés et vous révèle les cinq bonnes raisons d’ouvrir sans attendre un Plan d’Épargne Retraite (PER). Chefs d’entreprises et DRH, cet article est également fait pour vous : sensibiliser vos salariés et les aider dans la préparation de leur retraite, c’est aussi votre responsabilité !

Un unique plan d’épargne retraite pour les gouverner tous

Raison n°1 : un unique plan d’épargne retraite pour les gouverner tous

Face à la ribambelle de produits d’épargne retraite aujourd’hui disponibles, la Loi Pacte fait le tri. Désormais, il existe un seul et unique plan d’épargne retraite : le PER

Le nouveau PER succédera à l’ensemble des produits existants et sera organisé en trois compartiments :

  • le PER individuel. Il s’agit du digne successeur des PERP, Madelin (pour les travailleurs non-salariés) et autres Préfon (fonction publique). Il est ouvert à l’initiative de l’épargnant.
  • Le PER collectif d’entreprise. Ce compartiment prend le relais de l’actuel PERCO, et est mis en place par l’entreprise à destination de tous les salariés. Il permet notamment de recueillir les sommes issues de l’épargne salariale !
  • Le PER obligatoire, qui remplace le PERE (ex-Article 83). Il est également mis disposition par l’entreprise pour tout ou partie de ses salariés. Il permet notamment d’instaurer un système de cotisations régulières, prises en charge au moins pour moitié par l’employeur ! 

En d’autres termes, le PER est une grande enveloppe regroupant l’ensemble des dispositifs d’épargne retraite, facilitant ainsi la gestion de votre épargne et sa lisibilité. 

La mise en place d’un plan d’épargne retraite aux caractéristiques harmonisées permet aussi et surtout d’en améliorer la portabilité. Vos économies vous suivent désormais tout le long de votre vie, et ce, peu importe vos choix de carrière. Fini les plans d’épargne issus d’anciens employeurs et tombés en lente agonie : le PER est prêt à les accueillir ! Le nouveau PER sera d’ailleurs tout aussi facilement transférable, et les frais appliqués lors du transfert seront plafonnés (1% de votre épargne avant 5 ans et 0% au-delà !) afin de favoriser la concurrence entre les acteurs de l’épargne retraite.

Et si malgré tous les avantages du PER, vous souhaitez temporiser ? Le gouvernement a pensé à vous puisqu’il a prévu une phase transitoire jusqu’au 1er octobre 2020. Durant cette période, il sera encore possible d’ouvrir les produits d’épargne retraite actuels. Au-delà de cette date, les contrats existants sont maintenus et vous pouvez toujours les alimenter.

Épargner et faire des économies d’impôts, c’est possible !

Raison n°2 : épargner et faire des économies d’impôts, c’est possible !

Autre grande nouveauté apportée par la loi Pacte : tous les versements volontaires réalisés par un épargnant ouvrent le droit à un mécanisme de déductibilité fiscale. Les PERP et Madelin, pour ne citer qu’eux, offraient certes déjà cet avantage, cependant les titulaires d’un PERCO ne pouvaient pas y prétendre.

Concrètement, les montants versés par l’épargnant sur un PER peuvent être déduits du revenu imposable, et permettre ainsi de réaliser une économie d’impôt ! Ce mécanisme est toutefois plafonné et les versements sont déductibles dans la limite de 10% des revenus professionnels de l’épargnant (ou du foyer fiscal) ou de 10% du plafond annuel de la sécurité sociale (40 524€ en 2019). Le montant le plus élevé, et donc le plus avantageux pour l'épargnant, est retenu pour déterminer ce plafond.

Comme nous le voyons dans les exemples (volontairement simplistes) ci-dessus, plus la tranche marginale d’imposition du titulaire est élevée plus les économies réalisées en cas de versement sont importantes !

À noter : en contrepartie des économies d’impôts réalisées au moment du versement, les sommes correspondantes seront soumises à l’impôt sur le revenu lors du départ à la retraite. L’épargnant a donc le choix : s’il anticipe une baisse de son taux d’imposition entre le moment de son dépôt et sa retraite, il aura tout intérêt à bénéficier de cet avantage fiscal lors des versements !

Par ailleurs, bonne nouvelle pour l’épargnant qui souhaite ouvrir un PER ou qui aurait oublié d’alimenter un ancien produit : les plafonds non utilisés au cours des 3 années précédentes viennent s’ajouter à votre plafond de déduction de l’année en cours !

Enfin, contrairement aux produits d’épargne retraite actuels, le PER ne fait pas l’objet du plafonnement fiscal lié à la mise en place de l’imposition à la source (règle dite de la demi-somme). Autrement dit, vos versements réalisés sur votre PER bénéficieront d’une déductibilité complète en 2019. Avec cet avantage, le PER met définitivement ses adversaires KO. Jeu, set, et match.

Une plus grande liberté pour disposer de votre épargne !

Raison n°3 : une plus grande liberté pour disposer de votre épargne !

Quoi de plus naturel pour un épargnant que de pouvoir choisir librement la manière dont il récupère ses économies à la retraite ? Là aussi, la Loi Pacte uniformise le champ des possibles. Le titulaire d’un PER pourra ainsi opter, soit pour une sortie en rente viagère (versements réguliers), soit pour un déblocage de son capital en une ou plusieurs fois*. Cette deuxième option n’est que partiellement possible aujourd’hui : sur le PERP, mais dans la limite de 20% du capital, et sur le PERCO pour la totalité de l’épargne.

*sauf pour l’épargne issue des versements obligatoires.

La possibilité de transférer ses contrats d’assurance vie dans le PER

Raison n° 4 : la possibilité de transférer ses contrats d’assurance vie dans le PER

Pour inciter les français à préparer leurs vieux jours, le gouvernement a ouvert la possibilité de transférer ses contrats d’assurance vie vers un PER dans des conditions fiscales avantageuses.

Aujourd’hui, lors d’un rachat effectué sur un contrat d'assurance vie de plus de 8 ans, l’épargnant bénéficie d’une exonération d’impôt sur les gains, dans la limite de 4 600 euros par an (9 200 euros pour les couples), et seuls les prélèvements sociaux restent dus (17,2%). Désormais, si vous décidez de transférer les sommes retirées vers votre PER, ces plafonds sont doublés ! Et en plus, vous pourrez également bénéficier du mécanisme de déduction fiscale prévu dans le cadre des versements volontaires.

Attention toutefois, ce coup de pouce fiscal est seulement valable jusqu’au 1er janvier 2023.

L’importance de préparer sa retraite au plus tôt

Raison n°5 : l’importance de préparer sa retraite au plus tôt

Le système de retraite français est menacé par la situation démographique (nous mourrons plus vieux, ouf !). Les réformes se succèdent, chaque gouvernement ou presque en fait sa priorité. En attendant, ce sont les retraités qui trinquent et voient leurs revenus diminuer fortement par rapport à leur période d’activité. Le taux de remplacement est en effet de 75% en moyenne pour les salariés du privé, soit une baisse de 25% entre le dernier salaire net perçu et la pension nette versée à la retraite.

L’importance d’épargner pour sa retraite n’est donc plus à démontrer. Et plus tôt vous commencez, moins l’effort d’épargne sera important. C’est simple comme bonjour ! Par exemple, pour vous garantir le versement d’un revenu supplémentaire de 500€ par mois, il vous faudra avoir accumulé 150 000€ au moment de votre départ à la retraite, à 64 ans (âge pivot recommandé par le rapport Delevoye). Pour y parvenir, vous devrez mettre 260€ de côté par mois si vous commencez à 30 ans contre… 410€ par mois si vous débutez à 40 ans ou encore 780€ si vous pensez que 50 ans est le bon âge pour vous y mettre !

Lancez-vous avec Epsor